De femmes, souvent jeunes.
Les prostituées seront obligées de se déclarer, les maisons closes devront être datingsite netlog approuvées par les autorités, lâge légal minimum sera relevé à 21 ans, les proxénètes nauront plus le droit de dicter aux filles des conditions comme le lieu ou le temps de travail.
(de) Robert Sommer: Der Sonderbau.«Comme je ne trouvais pas de travail dans l'esthétique j'ai continué en passant des annonces sur internet.Cest là quune passante lui est venue en aide et a contacté le service spécialisé FIZ.Certaines de ses «filles» auraient regagné l'Espagne.Francesca, sa famille la croit comédienne.Ensuite, ce sera Montpellier puis Grenoble.La advertenties sex police avait alors découvert au moins 23 femmes, la plupart recrutées en Roumanie et en Bulgarie, travaillant dans des conditions proches de lesclavage.
Dans ce domaine, geile duitse vrouwen les ressources nécessaires peuvent être comparées à celles que la police engage en cas dhomicide, précise Boris Mesaric.
Il collabore avec la police dans les enquêtes contre le trafic dêtres humains.
Elles étaient transférées dun bordel à lautre.
Sommaire, article détaillé : Bordels militaires allemands durant la Seconde Guerre mondiale.
On lui a promis un bon salaire, un permis de travail et le remboursement des frais de travail.
Les femmes contraintes à se prostituer dans ces bordels viennent principalement du camp de concentration.
« ça plaît à ma fille.(de) Robert Sommer: Das KZ-Bordell.Dachau 2005, 21, ( issn ).De payer mon loyer et mes factures.Les détenus ordinaires, sans le sou et émaciés, sont généralement trop affaiblis et se méfient de l'attention du régime.115 1994 ( isbn, oclc ) (de) Robert Sommer, Warum das Schweigen?Staatlich errichtete Bordelle im Nationalsozialismus.Aspects de la politique du corps dans l'Allemagne Nazie - dans : Entre sélection et extermination des femmes - contributions à la théorie et la pratique féministe) - Cologne - 1985, No 14, ( issn ).Mais ces établissements sont utilisés principalement par des kapos, c'est-à-dire des prisonniers, généralement de droit commun, utilisés dans l'encadrement des autres prisonniers.«Cest un milieu dans lequel travaillent beaucoup de jeunes.Berlin 1992, No 4, ( issn ).«Les femmes ont souvent peur, dautant plus quelles nauront droit à des mesures de soutien que si elles coopèrent et témoignent.Le marché des coupons-prix est systématiquement accaparé par les criminels de droit commun qui portent des triangles verts (d'où lappellation hommes verts ).Le Nid, association de terrain, parle de 25 filles sur les Minimes.

Putnams Sons, 1949, 540.


[L_RANDNUM-10-999]